Islam et Villes en Afrique au sud du Sahara : Entre soufisme et fondamentalisme PDF

Les prières sont faites à l’aube, en début d’après-midi, en fin d’après-midi, le soir et la nuit et sont de longueurs prescrites.


ISBN: 2845863950.

Nom des pages: 275.

Télécharger Islam et Villes en Afrique au sud du Sahara : Entre soufisme et fondamentalisme gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Au cours des années 1990, la visibilité de l’islam dans les villes de l’Afrique subsaharienne, en particulier de l’Afrique de l’Ouest, est devenue un fait tangible. De la diffusion des peintures sous verre sénégalaises, représentant les fondateurs des diverses confréries, à la prolifération des mosquées, des séances nocturnes de chants et de récitations psalmodiées des qasida d’Ahmadou Bamba à la fastueuse procession du Mawlid Abd al-Qadir le long des routes de Kano au Nigeria du Nord, des techniques extatiques originaires de Bagdad du bandiri-dhikr, pratiquées par les jeunes disciples qadiris de Katsina, Sokoto et Kaduna, aux ferments intégristes sur les campus universitaires de Zaria au Nigeria et de Saay au Niger et jusqu’aux célébrations de la Tabaski, l’islam est omniprésent. Le développement actuel de l’islam est incontestable. Dans la seule ville de Bamako, on comptait 41 mosquées en 1960 et 200 en 1983. De la mosquée la plus antique de Dabanani à la Grande Mosquée, construite en 1976, de l’ancienne mosquée de Bozola à la mosquée hamalliste de Niaréla, tout le territoire urbain de la capitale du Mali est ainsi constellé de lieux de prière. Une islamisation intégrale, donc, qui n’épargne pas les fêtes traditionnelles comme par exemple la fête du Fanal à Saint-Louis ou le Takussaanu N’dar lui-même, le carnaval de l’ancienne capitale du Sénégal. C’est dans ce contexte que nous publions ce recueil de textes issu du congrès international : Islam et urbanisation en Afrique de l’Ouest. Du soufisme au fondamentalisme (Rome, 4 et 5 février 2000). Thème complexe et de grande actualité dans le cadre des études aussi bien sociologiques qu’ethno-anthropologiques sur les pays en voie de développement. En effet, le processus d’urbanisation en Afrique subsaharienne a représenté un lieu privilégié de la recherche de ces dernières vingt années. Dans le vaste éventail des problématiques inhérentes au processus d’urbanisation, ce recueil de contributions se propose ainsi d’élucider les interrelations étroites entre tissu urbain et idéologie islamique au sein de l’Afrique de l’Ouest contemporaine. Les pays qui font l’objet de notre examen sont la Mauritanie, le Mali, le Sénégal, la Côte d’Ivoire et le Nigeria du Nord. L’islam est une grille de lecture précieuse de la dynamique urbaine actuelle dans la mesure où, non seulement il exerce une fonction historique de longue date dans les pays du Sahel, mais où il joue également un rôle social et politique fondamental.

Les universités laïques sont les incubateurs du salafisme. Cependant, puisque nous sommes musulmans, que nous vivons dans une ville musulmane et que nous sommes fiers de l’Islam, comment nos enfants et ceux des non-croyants peuvent-ils aller à la même école? Beaucoup, beaucoup, beaucoup de musulmans insistent sur le fait que le Saint Coran ne peut être lu correctement qu’en arabe et que toute traduction prend la poésie et les doubles significations cachées du livre, et que l’apprentissage de l’arabe est crucial pour vraiment apprécier le texte.

Comme le montre Ousmane Kane dans son article, une véritable «économie spirituelle transnationale» a été établie par l’intermédiaire des ordres soufis. Le racisme explicite de la Nation de l’Islam est également en opposition avec les idéaux islamiques, qui stipulent que tous les croyants sont égaux indépendamment de la race ou de l’ethnie. Il a participé au mouvement mahdiste à la fin du dix-neuvième siècle et au début du vingtième siècle a attiré des disciples à la fois des gens pauvres et des classes éduquées modernes émergentes au Soudan. Cependant, le modèle burkinabè, qui est le produit de l’histoire et de la culture spécifiques du pays, ne peut être exporté tel qu’il est, notamment dans des pays comme le Niger et le Mali où l’écrasante majorité de la population est musulmane.