Luxe et luxure à la cour des papes de la Renaissance PDF

Ce qui a causé un renversement aussi soudain et complet de la fortune.


ISBN: 2251338330.

Nom des pages: 283.

Télécharger Luxe et luxure à la cour des papes de la Renaissance gratuitement. Livres disponibles dans ces formats pdf, epub, ebook, mobi.

Les amours des dieux de l’Olympe ornés d’inscriptions en lettres arabes! Voilà ce qui est gravé dans le bronze de la porte de Saint-Pierre de Rome. On ne peut trouver plus surprenante et moins catholique entrée en matière des mœurs de la cour pontificale à la Renaissance. Les papes de cette époque, ainsi que leur entourage, ont en effet allègrement jeté aux orties leurs vœux de chasteté, de pauvreté et d’humilité pour s’engager dans la pratique des plaisirs défendus et dans l’étalage d’un luxe insolent, ainsi que dans les voies scabreuses du paganisme grec et égyptien. Déguisés en Turcs ou en César pour le carnaval, propriétaires de maisons de plaisir, se livrant sans pudeur à une sexualité débridée avec femmes, hommes, esclaves ou enfants, amphitryons de banquets somptueux, avides de bijoux, ces papes ont commis tous les « péchés capitaux ». Riche d’exemples des plus scandaleux, ce livre montre pourquoi de tels comportements ont pu être adoptés par des hauts princes de l’Église, en les réinsérant dans le contexte de cette société fastueuse.

Anne Kraatz est Docteur de l’EPHE. Elle est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’histoire du commerce, du textile et de la mode, dont certains ont été traduits en plusieurs langues.

En récompense de son succès à Rome, il fut nommé cardinal. Il a réduit le luxe pour pouvoir poursuivre ses ambitions. Ferdinand le Catholique, la Curie Papale et le Vénitien.

Alexandre l’a annoncé pour être son propre fils. 792 Tiring de Vanozza, qui avait 11 ans son cadet, Alexander l’a mise. Il a écrit soixante-dix discours et plus de neuf cents lettres. Cinq États italiens – Les Italiens n’arrivent pas à réaliser l’unité nationale – Le. Qu’un semblant de sincérité soit donné à ses promesses qu’il a faites, à Pavie en 1423, convoquer un Conseil.